21 mars 2006

12

J'ai passé toute la journée à me demander quelle place avait la vérité dans une histoire d'amour. L'amour, est-ce tout se dire ? Ou est-ce seulement piocher des morceaux choisis et les partager avec sa moitié ?

Et à cette question de l'amour s'est juxtaposée celles de l'indifférence et de la haine. La haine semble être une forme d'attachement poussé qui peut se transformer ou se retransformer en amour mais l'indifférence... que fait-on avec de l'indifférence ? Si cette indifférence est froide et non calculée. Que fait-on quand l'homme que l'on aime nous regarde avec cette indifférence-là dans les yeux ?

 

Mon amoureux, lui, il est parti sans un regard de haine et d'indifférence. Il est simplement parti, évaporé. Je n'ai jamais su s'il ne m'aimait plus – malgré ce « je t'aime » affirmatif qu'il avait gribouillé en bas de son mot d'adieu -, si j'avais fait quelque chose de mal, ...

Est-ce de ma faute ? Était-ce de ma faute s'il est parti ?

Et puis, quand cette question s'en va, un goût amer remonte dans la gorge et s'installe : le goût de la trahison, de l'amour qui tourne à la haine. Il m'a laissée dans l'incompréhension, une seule phrase pour résumer son départ. Comme si c'était à moi de faire l'analyse et la déduction de sa sortie magistrale de ma vie. Et que conclure de « Si mes choix ne pouvaient pas influer sur autrui, sur moi... et sur toi. » ? Je ne sais pas. Je l'aimais, je croyais le connaître, et il est parti, comme ça sans raison. Et pourtant mille raisons se bousculent dans ma tête, mais je ne veux pas mettre de mots sur elles. La vérité m'effraie mais le silence m'étouffe. Il m'a conduite au bord de la vie dans ce nid d'amour qu'on avait construit ensemble, et puis, il est parti. Il est parti, comme s'il n'avait jamais existé. Ou plutôt, comme si je n'avais jamais existé pour lui. Et c'est là que cela fait mal.

Posté par loonea à 23:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 12

Nouveau commentaire